« Bienvenue au  pays des sapins »
 

Le Dimanche 24 mai 2009
cathédrale Saint Pierre de Tarentaise à Moutiers, 
l’installation de notre Évêque, Philippe BALLOT 

 Le jour de l'ordination.  

Les première rencontres  avec Philippe Ballot "chez les Savoyards"

Lettre de Philippe  Ballot aux Savoyards


 

Le Père Philippe Ballot
notre nouvel évêque
ne dialogue plus en direct !!!

 

 

 

 

 

 

 

 

Je vous laisse imaginer où ce passait l'événement !

et je vous laisse volontiers  mettre la légende !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les première rencontres avec Philippe Ballot "chez les Savoyards"

Ces quelques lignes sont glissées ici
avec le caractère de simplicité de flashes s'appuyant sur  des notes
 prises lors de rencontres avec le nouvel évêque : Philippe Ballot

  

Pierre Viale administrateur diocésain présente Philippe Ballot nouvel évêque...

 

Mot à mot …

« Vous vous dites après l'avoir vu en photo,
c’est mieux  de le voir comme ça, en chair et en os !
"Et moi je me dis, en ces premiers jours de marche en Savoie,
j'ai commencé à m'imprégner de la montagne. "

 

« Depuis samedi cette terre rentre dans mon cœur et mon esprit.
Je peux dire déjà chez vous que je me sens chez moi ! 
Je me surprends même quelquefois
à dire à mes interlocuteurs :
quand j'étais à Besançon... »

 « Je ne suis pas naïf,  joies et peines,
situations diverses seront au rendez-vous … mais 
toujours la présence du Christ,
sur qui nous avons fondé notre vie,
nous permet d'aspirer à une joie et un bonheur profond ! »

 

Accents  pastoraux…

Nous sommes envoyés auprès de
« ...tant de gens qui viennent en Savoie, attirés par la beauté des lieux,
certes pas forcément pour découvrir le Christ,
mais bien avec que toutes leurs questions, leur recherche... »

 Comment allons-nous être présents aux grands débats de notre société
(situation de crise, de réformes, de mutation dans le monde de la santé par exemple,
réflexion sur la bioéthique...)  En ces espaces chacun est amené à prendre sa part de réflexion,
qui n'est pas réservée aux spécialistes :
chacun est amené à exprimer le sens de la vie.

 Intergénérationnel !

Il se peut que le plus âgé nous montre, indique, précède.
Les plus jeunes ont besoin des plus âgés,
pour communier aux valeurs de leur âge.
« J'aime parler en termes d’intergénérationnel ! »

 

« La foi et l'adhésion à Jésus-Christ nous permette non seulement de le connaître
mais surtout de rentrer en relation intime avec lui. »

Trois mots clés
Accueil, écoute, aimer … et apprendre à aimer.
En ce temps d’arrivée- mais n’est ce pas l’annonce de ce que seront les temps  suivants-  
le Père Philippe B  aime à souligner que le rapport à la vie consiste à laisser la place au questionnement
et à l’étonnement nés de la rencontre.
« Se laisser conduire pour comprendre, sentir, écouter, et  se laisser façonner par un peuple » 

 Un regard Nord Sud :

Mon histoire m’a permis de remontrer la terre d’Afrique ;
je me demande  dans le signe de cette rencontre ce qui, entre eux et nous,
tellement différents de terre, de vie et de culture …
nous unit fondamentalement : la correspondance possible ou l’amitié
ne s’enracine-t-elle pas dans le Christ ?

Confidence : son mois préféré ?
Celui de l’Avent.
« Après la grisaille de novembre,
l’Avent annonce, ouvre à une attente,
à un désir, c’est le temps
où l’on est disposé à… »

 Portait instantané :

L e Père Philippe Ballot se risque à la rencontre, col de chemise ouvert,
habillé comme tout le monde, le regard souriant et direct,
franc, non encombré de cérémonies …
il dit  que peu importe  qu’on lui dise Père, Monseigneur ou Philippe,
si la relation est dans un mutuelle et sincère reconnaissance.
 
Il  est capable de parler, tout de go,
de sa maman, de son pays d’origine
qu’il va devoir quitter,
de celui duquel il va se laisser adopter,
de son maître, de la longueur de ses cheveux et de Jésus…

Il est sensible, moins aux preuves qui  affirment qu’aux signes qui font  vivre,
qui interrogent, questionnent, ouvrent des hypothèses et élèvent à la prière.
Pour lui l’appel est celui de l’intériorité, celui qui permet un retour à la Source ; à l’essentiel.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Lettre de Philippe  Ballot aux Savoyards

Mercredi 14 janvier 2009
Besançon, le 14 janvier 2009

Aux diocésains de Chambéry, Maurienne et Tarentaise

Chers amis,

Le Saint-Père Benoît XVI m’a appelé à devenir l’évêque de l’Eglise qui est à Chambéry, Maurienne et Tarentaise, à devenir votre évêque. En répondant à cet appel je mesure la confiance qu’il m’accorde et celle qu’il sollicite de votre part. Je veux faire tout mon possible pour en être digne et assurer ce nouveau ministère comme un service.

En cette année jubilaire en l’honneur de la naissance de saint Paul, c’est la parole de l’apôtre des gentils qui m’habite profondément, une parole que j’ai beaucoup méditée, il y a quelques années, au cours de la retraite durant laquelle je me préparais à être ordonné prêtre, elle a coloré mes différents ministères : « Ce trésor, nous le portons dans des vases d’argile, pour que cette incomparable puissance soit de Dieu et non de nous ».

C’est vers vous, mes frères prêtres, que je voudrais me tourner maintenant. J’ai tant reçu de ceux qui m’ont accompagné, aidé à discerner, soutenu dans les moments de questionnement, et de ceux qui m’ont accueilli au début de mon ministère quand j’étais vicaire paroissial et plus tard dans les différentes missions qui m’ont été confiées. Je sais qu’au fondement de la vie de chaque prêtre, avec ses qualités et ses défauts, ses capacités ou ses limites, il y a le don radical de sa vie pour Dieu et pour les autres. Cela ne disparaît jamais. J’aurai beaucoup de joie à vous rencontrer, à vous découvrir, à apprendre de vous. Dès maintenant je vous porte dans ma prière et plus particulièrement ceux que l’âge ou la maladie éprouvent et qui assurent le beau ministère de la prière et de l’encouragement. Je pense à vous, les diacres, qui signifiez qu’aucun disciple du Christ ne peut le demeurer vraiment sans être serviteur à son exemple. Que le Christ demeure, dans la vie de chacun, la pierre angulaire de la construction qui a Dieu pour auteur !

Mes pensées se tournent aussi vers vous tous, baptisés, qui, dans notre monde éprouvé, portez l’Evangile au sein des familles, dans les lieux de travail, dans les engagements associatifs, qui participez à la vie de l’Eglise dans les paroisses, les services et les mouvements, en particulier les Laïcs en mission ecclésiale, partageant avec les prêtres et les diacres le souci de la charité, du témoignage, du ressourcement spirituel dans la prière, la Parole de Dieu et les sacrements. Que « l’espérance qui ne déçoit pas »
(Rm 5,5) nous habite toujours, heureux que nous sommes d’être disciples et amis de Jésus-Christ !

Les religieux et religieuses engagés dans la vie contemplative ou apostolique, auxquels j’associe les laïcs consacrés, sont bien présents dans mon cœur de pasteur. Ayant été délégué épiscopal à la vie religieuse dans le diocèse de Besançon, je sais qu’ils ont une place indispensable dans la vie de l’Eglise. Vous nous invitez sans cesse, chers religieux et religieuses, laïcs consacrés, par votre présence et votre action, à contempler la personne du Christ et à nous laisser guider par Lui. Imiter le Christ nous met sur un chemin sûr où le bonheur de servir et de se donner ne disparaît pas. Par votre consécration vous rappelez que Dieu peut être choisi et combler une vie, vous annoncez ce que chaque disciple du Christ est appelé à devenir. Qu’ensemble nous puissions porter auprès des jeunes l’appel à la vie consacrée comme au ministère presbytéral !

La crise financière et économique que nous connaissons touche beaucoup de personnes, et fragilise de nombreuses situations familiales ou sociales. Je pense à tous ceux qui en subissent déjà les conséquences. Elle appelle à une plus grande solidarité, un véritable amour du prochain qui exige justice, partage et attention à l’autre. Elle invite chacun à se poser des questions radicales. On le sait bien puisqu’on entend souvent, quand on en parle, les mots de confiance, honnêteté, fraude, manières nouvelles de vivre, de consommer, de se situer dans notre monde et les uns vis-à-vis des autres… Je pense bien sûr à tous les responsables politiques et économiques qui sont préoccupés par cette situation ; j’aurai le souci de les rejoindre. Je crois que l’Evangile, comme la pensée sociale de l’Eglise, a beaucoup à apporter dans ce contexte difficile. C’est aux jeunes, et particulièrement à la génération des 25-40 ans comme l’on dit, de ne pas se décourager et de relever les défis, d’éduquer leurs enfants dans ce sens. Je leur fais confiance. Animés de l’esprit de l’Evangile nous pouvons ensemble beaucoup entreprendre.

Ma nomination paraît à quelques jours du retour d’une visite pastorale de Mgr André Lacrampe, archevêque de Besançon, en République Centrafricaine. J’ai eu la joie de l’accompagner avec les supérieures générales des congrégations de la Sainte Famille de Besançon et de l’Alliance qui, toutes deux, célébraient leur cinquante années de présence dans ce pays. Dans la perspective du synode africain qui se prépare et qui a pour thème « l’Eglise en Afrique au service de la réconciliation, de la justice et de la paix », le souci des échanges entre nos continents et entre nos Eglises demeure d’actualité pour que chaque Eglise reste toujours ouverte à sa dimension universelle, catholique. Je salue, à cette occasion, tous les missionnaires, prêtres et laïcs, religieux et religieuses, présents sur les différents continents.

Avec les membres des autres confessions chrétiennes et des autres religions, c’est le dialogue qui doit nous aider à favoriser l’estime mutuel et la paix dans les cœurs de tous les croyants. La recherche humble de la vérité conduit nécessairement à Dieu et construit la paix qu’Il nous donne.

Permettez-moi de citer ceux qui, ces dernières années, ont servi votre Eglise, Mgr Claude Feidt, Mgr Marcel Perrier de retour en Savoie, Mgr Laurent Ulrich. C’est à leur prière aussi que je confie mon futur ministère.

Je m’apprête à quitter mon pays auquel je suis très attaché et que j’aime, la Haute-Saône et le Doubs, avec leurs moyennes montagnes. Mais comment ne pas me réjouir, en les quittant, de rejoindre les monts, les pics, les dents de votre si belle région, de rejoindre ceux qui y habitent et qui ont façonné ses vallées, pour découvrir les traditions et le monde moderne, car je n’oublie pas que les nombreux bouchons que la télévision nous fait découvrir à certaines époques de l’année, sont dus à des régions attirantes et très accueillantes, dont la vôtre.

Que Marie, célébrée et priée dans nos chapelles et nos sanctuaires, m’accompagne sur la route de la mission !

A la joie de nous rencontrer ! Uni à vous dans le Christ Sauveur !

Philippe BALLOT

Archevêque nommé de Chambéry,
évêque de Maurienne et de Tarentaise


 

 

BIOGRAPHIE

Philippe Ballot est né le 2 octobre 1956 à Vesoul.

Ses parents étaient cultivateurs à Corbenay
(Haute-Saône). Il a un frère et deux sœurs et un oncle prêtre du diocèse de Besançon, aujourd’hui en retraite.

Etudes

Il a fait ses études secondaires au petit séminaire de Luxeuil puis de la Maîtrise à Besançon. En 1974 il entre en 1er cycle au grand séminaire interdiocésain de Dijon et, après deux ans de coopération en RCA (1976-1978), il fait des études de droit public à l’université (1978 à 1981).

A l’automne 1981 il entre au grand séminaire interdiocésain de Besançon pour le deuxième cycle de théologie.

En 1983, Mgr Daloz l’envoie au séminaire français de Rome pour achever à l’Université grégorienne ses études de théologie qui seront couronnées par une licence en théologie fondamentale en 1986.

Mgr Philippe Ballot a été ordonné diacre le 30 septembre 1984 et prêtre le 29 juin 1985.

Ministères

1986-1988 : vicaire à la paroisse Saint-Pie X de Besançon, tout en poursuivant des études de droit canonique à l’Institut Catholique de Paris.

1988-1991 : restant vicaire à Saint-Pie X, il est nommé aumônier des collèges Saint-Joseph et Sainte-Ursule et du lycée Saint-Paul à Besançon, et il intervient à l’Officialité.

1991-1996 : tout en restant aumônier des collèges et du lycée, responsable du Foyer Séminaire de jeunes à la Maîtrise à Besançon.

1996-2001 : coordinateur de l’unité pastorale Notre-Dame la Blanche-Châtillon, en même temps que juge à l’officialité interdiocésaine dont il devient le vicaire judiciaire en 1999 après en avoir été l’adjoint l’année précédente.

2001-2004 : en même temps que vicaire judiciaire, il est responsable adjoint de l’Enseignement Catholique, chargé de l’animation pastorale, et apporte son aide au doyenné de Besançon Banlieue -Val de l’Ognon.

2004-2008 : vicaire général, délégué diocésain à la Vie religieuse et référent ecclésial pour les services diocésains de la Catéchèse, du Catéchuménat, des Recommençants, de la Communication, des Pèlerinages, de l’Enseignement catholique, de la Formation et de la pastorale des jeunes. Il est également directeur du bulletin diocésain « Eglise de Besançon ».

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Dimanche 24 mai 2009, aura lieu à 16h00
en la cathédrale Saint Pierre de Tarentaise à Moutiers,
l’installation de notre Évêque
 Philippe BALLOT.